COMMENT FONCTIONNENT LES PICO-PROJECTEURS ALIMENTÉS PAR BATTERIE?

Il était une fois, il y a très longtemps, le monde des projecteurs était régi par la lumière intense des arcs. Comme elles étaient plutôt lourdes, les lampes au xénon ont pris leur place. Avec la marche incessante de l’innovation, l’ère des OHP ou des rétroprojecteurs capables de projeter des images de transparents est née. Ceux-ci sont rapidement devenus obsolètes à mesure que les ordinateurs évoluaient et pouvaient être directement connectés à des projecteurs avec écrans LCD. Le dernier en date est le Pico projecteur, qui utilise de minuscules piles et la lumière des LED pour projeter de grands écrans.

Bien que les Pico-projecteurs soient petits – aussi petits que les téléphones portables, et parfois même plus petits – ils peuvent projeter de grands écrans, parfois jusqu’à 100 pouces. Même si leur luminosité et leur résolution ne sont pas à la hauteur de leurs plus grands frères, les pico-projecteurs sont relativement nouveaux dans la chaîne d’innovation et, à mesure que le marché se développe, ils devraient se développer davantage.

Méthodes de production

Plusieurs entreprises ont développé leurs propres méthodes de production de Pico-projecteurs alimentés par batterie. Parmi elles, les trois technologies majeures sont le DLP ou Digital Light Processing, LCoS ou Liquid Crystal on Silicon et LBS ou Light Beam Steering. DLP et LCoS utilisent une source de lumière blanche et un système de techniques de filtrage pour créer différentes couleurs et luminosité de chaque pixel. D’autre part, LBS utilise un petit écran à cristaux liquides pour contrôler la quantité de lumière allant à chaque pixel.

Le traitement numérique de la lumière ou DLP est lancé par Texas Instruments (TI). Leur idée est d’utiliser de minuscules miroirs sur une puce pour diriger la lumière. Chaque miroir contrôle la quantité de lumière sur chaque pixel de l’écran. Le miroir peut être activé ou désactivé sur commande plusieurs fois par seconde, et le rapport de temps marche / arrêt définit la luminosité du pixel. Pour la couleur, il y a une roue chromatique devant la source de lumière, divisant le faisceau en rouge, vert et bleu. Chaque miroir contrôle les trois faisceaux lumineux.

Liquid Crystal on Silicon ou LCoS, comme son nom l’indique, utilise un écran LCD pour contrôler la quantité de lumière atteignant le pixel de l’écran. Pour la couleur, deux techniques sont utilisées. L’un est le filtre de couleur où trois sous-pixels sont utilisés, et ils ont chacun leur propre couleur, rouge, vert et bleu. L’autre est le FSC ou Field Sequential Color qui nécessite un écran LCD rapide et un filtre de couleur pour diviser l’image en RVB, les trois couleurs principales séquentiellement. L’écran LCD est rafraîchi trois fois, une fois pour chaque couleur. Pour LCoS, la source de lumière peut être une LED ou un laser diffus.

Laser Beam Steering ou LBS crée l’image un pixel à la fois. La technique utilise trois faisceaux laser dirigés, rouge, vert et bleu. Les trois faisceaux sont combinés à l’aide d’optiques et sont guidés à l’aide de miroirs. Pour que l’œil ne remarque pas la conception pixel par pixel, l’image est numérisée à plus de 60 Hz.

LBS présente certains avantages par rapport aux deux autres techniques. La taille est petite et la consommation d’énergie la plus faible, car les pixels plus sombres nécessitent moins d’énergie, tandis que le pixel noir ne nécessite aucune énergie. L’image d’un système LBS est toujours focalisée, même sur des surfaces courbes. D’autre part, les lasers sont chers, provoquent des schémas d’intensité aléatoires et sont un problème pour la sécurité oculaire.

Articles récents

Julien Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *